© 2015 Créé par Veyo

L’instant

 

Ecriture et mise en scène : Eric DURAND

Assistant mise en scène / création lumière : Guillaume LECLERCQ

Musique : Vianney OUDART

Interprétation : Elsa BEIGBEDER

Chargée de production : Anne-Lise BLIN

Collaboration chorégraphique : Arlette LORRY

Costumes : Colette DELHAYE

Accompagnement vocal : Colette DELHAYE et Henri GONZALEZ

 

Spectacle Tout Public à partir de 14 ans

Théâtre / Danse

 

 

« L’instant », œuvre poétique théâtrale et chorégraphiée, offre un monologue sensible et incisif avec comme toile de fond la violence conjugale.

Entre réalisme et onirisme, Jenny, une jeune femme, livre les mots, les images, les bruits d’une vie qui lui échappe, d’une vie qui dérape.

Personnage en phase de repli, les rêves en guise de refuges salvateurs, Jenny garde une fenêtre bien ouverte sur l’espoir, sur un avenir à construire, sur un présent à décider, sur un instant à vivre.

Un cri du corps, une volée de mots, Jenny livre un monologue qui devient presque confession sous la forme d’un long poème dramatique en plusieurs chapitres, comme autant d’échantillons de sa vie qui défilent.

Jouant avec le temps, avec l’espace, l’histoire se joue et se déjoue, se déroule presque cinématographiquement.

« L’instant » est une réponse humaine à cette violence à côté de laquelle on passe souvent sans s’arrêter, un objet artistique qui combat ces maux par un traitement poétique plutôt que par un discours psychologique plombant.

Rien dans « L’instant » n’est rassurant et rien n’est définitivement sombre.

Le spectacle est avant tout une histoire d’amour qui s’inscrit dans le monde tel qu’il est.

 

« …

Je t’ai embrassé. Dans la douceur du petit matin. Un mince filet de sang entre mes lèvres.

Et je me souviens de mon sang mêlé à ta salive. Je t’ai embrassé ce matin. Dans un enrobé de douceur. Avec du sang séché à la commissure de mes lèvres. La bouche enrobée d’un maquillage sang séché. Dans la douceur du petit matin. Je t’aime avec une tendresse extrême. Et le soleil tout juste levé. Je t’embrasse… »

Extrait